BANDE ANNONCE

Arletty...

– Comme un œuf dansant au milieu des galets

de Koffi Kwahulé

mise en scène Kristian Frédric

arletty.jpeg

RÉSUMÉ

Une loge dans laquelle entre une comédienne en petite tenue. Est-elle Arletty ou celle qui l’incarne ? L’actrice est-elle vampirisée par son personnage ou manipulée par un destin retors qui impose à toutes les femmes de subir le même mépris quand elles ont décidé de vivre autrement que les autres ? Avant l’entrée en scène, se joue un curieux rituel de la mémoire : « Je m’appelle Arletty, née Léonie Maria Julia Bathiat et je suis le baiser de la vierge et de la putain, une femme dangereuse donc. » Au fur et à mesure de la représentation, se dessine deux portraits : la comédienne dit son amour à la femme qu’elle aime et l’enfant qu’elle attend, le personnage dit son amour pour Soehring et l’enfant qu’elle fait passer. Au scandale de l’idylle entre la môme de Courbevoie et l’officier de la Luftwaffe, entre « Faune » et « Biche », répond l’autre scandale de l’enfant à naître sans père : fils de pute ou fils de rien, c’est toujours sur la mère et la femme que l’on cogne…