BANDE ANNONCE

Des femmes

de Serge Kribus

mise en scène Safy Nebbou


 

Des femmes.jpg

RÉSUMÉ 

Si ces portraits de femmes touchent autant, c’est d’abord grâce à l’interprétation impressionnante de Fernanda Barth, tout en vivacité et subtilité, qui incarne ces femmes d’époques et histoires radicalement différentes. Bergère du Moyen Âge accusée de sorcellerie, adolescente rebelle, journaliste féministe, femme préhistorique, chanteuse, prostituée… Pas banal, ce kaléidoscope fait vivre des personnages dont certains sont inspirés par des témoignages et interviews à forte résonance, faisant entendre les doutes, les douleurs et les espoirs de Barbara, Dalida, Simone de Beauvoir, Camille Claudel, Élisabeth Badinter… « Leurs mots et leurs engagements m’ont amené à une compréhension plus sensible et mûrie du féminin. » confie la comédienne Fernanda Barth, qui a proposé à l’auteur et metteur en scène Régis de Martrin-Donos de transformer ces paroles en théâtre. « Qu’est-ce que le féminin, à travers les siècles, les classes et les rôles sociaux ? » interroge-t-il. L’enjeu n’est pas de livrer un spectacle-manifeste mais plutôt de laisser émerger les dissonances et contradictions des parcours, de laisser l’inattendu troubler les conformismes.

 

La jubilation de la métamorphose

Ainsi s’exprime la générosité du théâtre, qui s’ouvre à la complexité et lorsqu’il est à son meilleur toujours surprend. «  Certains personnages sont totalement fictifs, d’autres sont inspirés par des figures réelles. Celui de la bergère du Moyen Âge qui se défend de l’accusation de sorcellerie est en partie fondé sur les minutes d’un procès en sorcellerie du XIVème siècle, rédigées dans une langue très concise qui a servi de point de départ. Celui de l’adolescente rêve de Dalida et s’identifie à ses difficultés et sa quête d’amour. Celui de la chanteuse de cabaret reprend des mots de Barbara. Le réel est toujours transposé par l’écriture et aussi par l’interprétation. Exceptionnelle, Fernanda se métamorphose totalement lorsqu’elle passe d’un personnage à l’autre. Le rapport aux hommes et le rapport au monde est la thématique qui les unit. » confie l’auteur et metteur en scène. Pour Fernanda Barth, dont l’interprétation fut en 2019 saluée par la critique, une telle partition théâtrale  est un rêve d’actrice. « Leurs passions, leur humanité m’intéressent et me bouleversent. C’est une incroyable jubilation de les incarner. » dit-elle.

Agnès Santi