BANDE ANNONCE

Dom Juan

De Molière

Mise en scène Emmanuel Daumas

Dom Juan.jpg

RÉSUMÉ 

Il ne cessera tout au long des cinq actes d’épouvanter son valet fidèle, Sganarelle, à force de séductions et d’abandons, poussant au blasphème un mendiant, tournant en dérision les valeurs de son père et de tous ceux qui l’entourent, jusqu’à oser une invitation sacrilège à la statue d’un commandeur qu’il a jadis tué.

Emmanuel Daumas, qui connaît bien la Troupe avec laquelle il a déjà monté Marguerite Duras, Voltaire et Marivaux, opère un retour à l’essence du jeu avec ce Dom Juan pour cinq interprètes, dans un décor épuré et des costumes simples agrémentés de perruques et de maquillages. Il renoue avec le théâtre de tréteaux et embrasse toute la grandeur du mythe de cet athée libertin qui, au centre d’un monde de mensonges et d’illusions, fait le pari de la vie. Le génie de Molière est, selon le metteur en scène, de révéler le côté sombre de ce héros, à l’image de Vittorio Gassman dans Le Fanfaron réalisé par Dino Risi. Son charme monstrueux a néanmoins le bénéfice d’opérer en révélateur des idées fausses, au milieu d’un chœur de personnages qui tente de le dénaturer, de force, loin du Doute : « Molière peint une rêverie baroque, une comédie espagnole, où un homme dans l’œil du cyclone d’un monde irréel, pas toujours si loin du nôtre, invente sa vie pour qu’elle n’ait aucunes limites. Alors rabâcher le dogme ne suffira pas pour l’arrêter. Il faudra sortir l’artillerie lourde, de la sorcellerie et du merveilleux…. La machinerie du théâtre. L’illusion de l’Enfer. »