BANDE ANNONCE

Le Tartuffe ou l'Hypocrite

de Molière

mise en scène Ivo van Hove

Tartuffe ou l'Hypocrite.png

Nomination pour le Molière de la Comédienne dans un second rôle : Dominique Blanc

Dominique Blanc

RÉSUMÉ 

Célébrer Molière en sa Maison par une œuvre jamais jouée par la Troupe paraît inimaginable et, pourtant, avec Le Tartuffe ou l’Hypocrite Ivo van Hove nous entraîne à la découverte de la version originelle, interdite dès après la première représentation de 1664.

Elle a été reconstituée grâce au travail de « génétique théâtrale » mené par l’historien Georges Forestier qui précise que ce Tartuffe s’est trouvé censuré par Louis XIV, qui ne pouvait d’un côté se faire le héraut de l’orthodoxie catholique et de l’autre permettre à son comédien-auteur préféré de représenter sur son théâtre parisien une telle satire des dévots. La pièce que nous connaissons depuis, Le Tartuffe ou l’Imposteur, est une version modifiée en 1669, assouplie et étendue à cinq actes quand la première ne comprenait que trois actes. Cette création signe les retrouvailles d’Ivo van Hove avec la Troupe, qu’il a dirigée dans Les Damnés et Électre/Oreste, mais aussi avec Molière, dont il a déjà monté Le Misanthrope et L’Avare, mais qu’il met en scène pour la première fois en France. Il choisit cette version énergique, furieuse même, concentrée sur la crise que l’arrivée de Tartuffe provoque dans une riche famille, en ruines. Elle est resserrée sur la relation passionnelle de Tartuffe avec la deuxième et jeune épouse du riche Orgon, le conflit entre le père et le fils ainsi que l’opposition entre une vision progressiste et libertine du monde portée par Cléante et celle conservatrice d’Orgon et de sa mère. Ivo van Hove n’oublie pas que Tartuffe est un mendiant qui « se voit attribuer un rôle de sauveur, de dévot, par Orgon qui trouve en lui un confident, un maître spirituel » jusqu’à ce que, pour « sceller ce lien unique, il décide de faire de Tartuffe son seul héritier. La bombe explose. Comme un grand nombre des comédies de Molière, Le Tartuffe est un drame social. »