top of page

Cérémonie 2024
Spectacle éligible 

Cyrano de Bergerac   


 

De et Mise en scène Emmanuel Daumas 

D'après Edmond Rostand 

Cyrano de Bergerac Affiche_compressed_page-0001.jpg

Du 8 décembre 2023 au 29 avril 2024

  • En matinée à 14h

  • En soirée à 20h30

RÉSUMÉ

 

Parce que la Comédie-Française est en renouvellement permanent, la Troupe se lance dans un nouveau « Cyrano de Bergerac », six ans après la dernière représentation de la mise en scène de Denis Podalydès, quatre-vingt-cinq ans après celle de Pierre Dux, et près de cent trente ans après son écriture.

 

Pour cette pièce légendaire aux nombreuses tirades tubesques, du « nez » aux « non merci », Emmanuel Daumas, qui connaît bien la Maison pour y avoir déjà créé quatre spectacles, fait le pari de la vivacité de la jeunesse : autour des personnages de Cyrano, Christian, Roxane, les autres membres de la distribution auront la charge réjouissante d’interpréter la cinquantaine d’autres. L’histoire de Cyrano, aussi à l’aise dans le maniement de l’épée que dans celui des mots – prêtant sa plume à Christian pour séduire Roxane, dont il est secrètement amoureux – se déploiera dans un décor unique évoluant à chacun des cinq actes. Ainsi, passant d’un baroque florissant pour l’Hôtel de Bourgogne ou chez Ragueneau, au féerique et au naïf – entre Méliès et Cocteau – pour la scène du balcon, le plateau s’épure quand Roxane rejoint, au péril de sa vie ses deux êtres chers au camp d’Arras où la mort rôde. Retirée dans un couvent, Roxane ne comprend combien elle a été leurrée qu’au dernier souffle de Cyrano. Dans un dispositif onirique, cette comédie héroïque, drame historique aux élans romantiques, met à nu l’humanité du héros qui, jusque dans sa mort, aura vécu pour le panache. Ce va-t-en-guerre assoiffé d’idéal mais retenu par une détestation de soi et une peur du réel, choisit la beauté de Christian à la façon d’un avatar relève Emmanuel Daumas, qui cite Marcel Proust pour évoquer le rêve de Cyrano : « Il vaut mieux rêver sa vie que la vivre, encore que la vivre ce soit encore la rêver. »

bottom of page