top of page

Cérémonie 2024
Spectacle Eligible 

L'après-midi d'un foehn 


De et Mise en scène Phia Ménard 

Visuel L'après-midi d'un foehn - Cie Non Nova.jpg

En tournée : 2023 - 2024​​
 

  • Avril 2023 : La Comédie de Clermont-Ferrand

  • Mai 2023 : Théâtre Le Forum de Fréjus 

  • Mai 2023 : Théâtre de Châteauvallon 

  • Mai 2023 : Théâtre de L’Union – Limoges 

  • Octobre 2023 : Le Volcan – Le Havre

  • Novembre 2023 : La Merise – Trappes 

  • Novembre 2023 : Théâtre de l’Agora – Evry 

  • Février 2024 : Cirque Jules Verne- Amiens 

  • Février 2024 : Salle de la Loge Beaupreau 

  • Mars 2024 : La Comédie de Valence

RÉSUMÉ

Ce spectacle est une chorégraphie pour un.e marionnettiste et des marionnettes, un dispositif de ventilation et quelques accessoires : des sacs plastique, un manteau, une paire de ciseaux, un rouleau d’adhésif, une canne et un parapluie. 

 

Sur les notes de trois œuvres musicales de Claude Debussy : « L’après-midi d’un faune », « Nocturnes » et « Dialogue de la Mer et du Vent », un.e maître.sse de ballet donne naissance à une chorégraphie de danseuses et danseurs de plastique propulsés dans les courants d’air. Sans avoir à les toucher, ni même les effleurer parfois, les marionnettes semblent à chaque instant plus humaines par la liberté de leurs mouvements, l'air les traversant avec fluidité. De la manipulation des sacs plastique, de leur évolution et leur transformation se développe un rapport de géniteur à marionnette. Ici commence alors l’aventure, nous suivons des rencontres fortuites au gré des phénomènes thermiques, une danseuse étoile naît sous nos yeux, là un pas de deux, ici les feux d’artifices d’un grand corps de ballet, plus loin un monstre….

 

C'est en répondant à la commande d'une installation sur le thème du "mouvement" pour le Muséum d'Histoire Naturelle de Nantes en octobre 2008, que m'est venue l'idée d'une exploration de l’élément air et de son formidable potentiel sur l’imaginaire. Déambulant dans le musée seule la nuit, je passais de longues heures à saisir ce qui me troublait dans un pareil espace, entourée de mammifères inanimés parmi les plus sauvages. Je finis par comprendre que c’était l'absence de courant d'air qui me faisait défaut. J’installais donc dans la galerie de l’évolution une série de brasseurs d’air silencieux. C’est sous le léger crissement des pelages que je pris conscience que je me trouvais finalement dans un lieu de la représentation de la mort. Le musée devînt alors pour moi un cimetière dans lequel je décidais de réintroduire de la vie sous une forme inattendue. Un sac plastique rose lesté se mit donc à circuler parmi les animaux figés, tel un visiteur inadéquat ! De là naquit l’envie d’écrire une forme chorégraphique pour sacs plastique transformés.

 

Phia Ménard.

bottom of page